Séminaire professionnel « Ecrire pour le (...)

Rubrique : Nice Universitaire

Le Master Pro « Traduction, sous-titrage, doublage » (TSD) organise avec le soutien de la Société des Auteurs, Compositeurs et Editeurs de musique ( SACEM ) et en partenariat avec la Cinémathèque de Nice, la 4ème édition du séminaire professionnel « Ecrire pour le doublage ».

Séminaire animé par Jean-Louis Sarthou et sous la direction de Stefano Leoncini.

Présentation

Le doublage est le moyen de circulation internationale des œuvres audiovisuelles le plus largement répandu (environ 90% des spectateurs de cinéma voient les films en VF). Il nécessite, pour permettre une réception optimale de l’œuvre, la mise en jeu d’importants moyens financiers et techniques, et surtout une sensibilité et un savoir-faire très pointus chez les artistes qui y concourent.

Si le grand public entend parfois parler des comédiens qui « prêtent leur voix » aux personnages, il est rare qu’il ait la moindre idée sur les auteurs, dits adaptateurs, qui « prêtent leur plume » aux textes. Ils mettent pourtant en œuvre des structures de langage très spécifiques, qui ne se transmettent la plupart du temps qu’au sein du milieu professionnel concerné. L’accroissement du travail créé par l’actuel brassage culturel mondial nécessite de trouver les moyens d’un réel apprentissage. C’est à cette tâche que s’est attelé le Master TSD de l’Université Nice Sophia Antipolis.

Après avoir depuis six années appuyé principalement son enseignement sur

les études linguistiques, il mène aujourd’hui, pour la quatrième année, une expérience unique en Europe. Le principe en est de remettre pendant deux semaines l’enseignement entre les mains de professionnels, sous l’égide d’un auteur ayant acquis une spécialisation dans l’adaptation pour le doublage. Ce travail de laboratoire est axé sur l’écriture de dialogues français synchrones, en tant que création distincte de l’opération de traduction. Il est préparé, lors des cours des deux mois précédents, par un environnement de conférences et de travaux dirigés destinés à situer l’adaptateur dans la vaste chaîne du doublage et à donner aux futurs professionnels des indices sur la façon dont leur vie peut se dérouler.

Les étudiants travaillent tout d’abord avec des praticiens de la détection, la technique qui fait appel à une codification complexe pour que l’auteur puisse mettre en place un texte visant l’illusion d’un synchronisme total. Ils se livrent ensuite à des essais personnels d’adaptation de plusieurs scènes de films, joués en plusieurs langues, avant de recevoir la visite de deux comédiens. Pendant les deux derniers jours ceux-ci leur montrent concrètement, en interprétant leurs versions différentes des mêmes scènes, quelles sont les qualités demandées pour porter au mieux leur jeu, c’est-à-dire pour qu’ils puissent se mettre à leur tour au service de l’œuvre originelle.

Enfin, un échantillon de ce travail est présenté à des spectateurs, au sein de la Cinémathèque, afin de susciter un échange de vues avec le public dans le cadre des « Journées Européennes du Doublage ».

Plus d’informations

Télécharger la présentation et la liste d’intervenants

P.-S.

L’adresse originale de cet article est http://actualite.unice.fr/spip.php?...