PROCHAINES CONFERENCES organisées par l’AEIS

Rubrique : Dates des conférences

MAMAC (de 16 à 18 heures), sur LA DIVERSITE.

Le 26 octobre 2011

Christian LOCHON Directeur des études et de la recherche pour le Proche et le Moyen Orient au centre des hautes études Afrique et Asie modernes

Le (ou les) printemps arabe(s)

++++++++++

le 23 novembre, 2011

Vincent COURTILLOT

Professeur de géophysique à l’université Paris Diderot et chercheur à l’institut de physique du globe de Paris

"Volcanisme massif et extinctions en masse"

Jamais la diversité des espèces sur Terre n’a été aussi grande. Mais elle n’a pas évolué comme un long fleuve tranquille. De temps autre se sont produites des catastrophes planétaires qui ont réduit drastiquement la biodiversité. La Vie est même peut-être passée à quelques doigts de la disparition. Elle a même peut-être du naître et renaître au début de l’histoire tourmentée de notre planète. Après avoir rappelé quand se sont produits ces quelques véritables "goulets d’étranglement de la biodiversité ", nous en rechercherons les causes que certains voient externes à la Terre, d’autres liées à sa dynamique interne, d’autres enfin à l’évolution chaotique des espèces et de leurs relations entre elles et avec leurs milieux.

++++++++++

21 décembre 2011

Nicolas Lainé
Doctoral student in Social-Anthropology
Center for Indian and South Asian Studies (CEIAS-EHESS, Paris)
http://ceias.ehess.fr/document.php?...

(Bio)diversité vs populations locales
La conservation des éléphants en Inde d’hier à aujourd’hui.

L’éléphant d’Asie (Elephas maximus) est aujourd’hui inscrit dans de nombreux textes et conventions en faveur de la protection de la nature. Ce statut particulier a favorisé en quelques décennies l’apparition de nouveaux acteurs œuvrant à sa protection, les ONG environnementales. En Inde, ces organisations, qui occupent une place prépondérante à tous les niveaux (décisionnels et opératoires) concernant la protection de l’espèce, ont placé la domestication des éléphants au cœur des débats environnementaux contemporains et participent à un processus de patrimonialisation de l’animal. Sur le terrain toutefois elles agissent souvent au détriment des populations locales, premières victimes des conséquences, souvent lourdes (déplacement forcé, interdiction de pratiques liées à la faune, etc.), des programmes de sauvegarde de l’animal.

Sans remettre en cause, ni la situation délicate dans laquelle se trouve l’animal ni les mesures actuelles prises à son encontre, cette intervention se propose d’offrir une perspective plus large et plus lointaine en produisant une histoire des relations entre les hommes et les éléphants dans le nord-est indien depuis le XIIIe siècle jusqu’à aujourd’hui. Le récit de cette histoire permettra de mettre en évidence la coexistence de deux systèmes de gestion et de représentation des pachydermes depuis la période médiévale jusqu’à la fin de la période de domination britannique. En considérant les enjeux actuels de la conservation j’interrogerai alors dans quelle mesure cette vision dichotomique des pachydermes perdure et se reproduit aujourd’hui à travers les politiques de protection de la nature en Inde.

+++++++++++

25 janvier 2012

Jean-Marie RAINAUD Professeur émérite de Droit, Université de Nice Sophia-Antipolis Doyen Honoraire de la Faculté de Droit

Diversité des droits et droit à la diversité

La diversité des droits est liée aux facteurs politiques, historiques, religieux et même climatiques selon Montesquieu. Avec le principe de souveraineté, chaque Etat élabore un droit qui lui est propre : les droits sont donc multiples que l’on peut classer en familles. Plus étonnant, plusieurs droits sont appliqués concurremment à l’intérieur d’un Etat : le cas de la France est typique avec le principe constitutionnel de dualité. Si la doctrine a largement développé le thème de la diversité des droits elle a moins abordé l’analyse du Droit de la diversité. Il est évident que la règle de droit prend en compte les réalités sociales et qu’elle doit s’adapter à chaque situation particulière : à côté du règlement, l’acte individuel. Le contentieux de la responsabilité et l’étude du pouvoir de contrôle du juge sont alors au centre de la réflexion, le souci de diversité pouvant aboutir à la reconnaissance du non droit.