Mini Festival DES CORPS COMPÉTENTS (Sportifs, (...)

Rubrique : ARCHIVES

Du 4 au 8 décembre 2012
Une semaine de performances, films, concert, discussions et colloque autour des compétences corporelles

Toutes les infos et actualités sur www.villa-arson.org

Ce mini festival est proposé dans le cadre de LittOral, un atelier de recherche et de création animé par Patrice Blouin et Arnaud Labelle-Rojoux, qui se consacre aux rapports entre parole, corps et scène.

Pour explorer les liens entre techniques de corps, techniques de représentation et techniques de connaissance, un certain nombre de pratiques artistiques contemporaines (performances, vidéos) sont revisitées par l’entremise d’une confrontation à d’autres disciplines, physiques et filmiques, sportives et burlesques. Cet élargissement du champ d’investigation permet, en particulier, de moins interroger les techniques dans leur effectivité ordinaire qu’à partir de leurs moments décisifs : instants « t » de l’invention, ou de la soudaine obsolescence, points de bascule d’une incompétence en compétence, de l’illégalité à la légalité


Cinéma, performance, concert en soirée du 4 au 8 décembre

4/12 « cinéma 1 »
- 19h, Cours du soir de Nicolas Ribowsky avec Jacques Tati (1967, 26 min) Dans les décors et avec les acteurs de PlayTime, Tati écrit et interprète dans ce film réalisé par son assistant-réalisateur, un cours où il tente d’apprendre quelques rudiments de pantomime à des élèves gauches et zélés.
-  20h, Muhammad Ali, the greatest de William Klein (1964-74, 2h) En 1964, Cassius Clay devient champion du monde des poids lourds. Une date dans l’histoire du sport et surtout, une date dans la prise de conscience des noirs aux USA. Cassius-Muhammad Ali faisait son entrée fracassante sur la scène américaine, prenant constamment le pays à rebrousse-poil, à contre-pied. Le premier champion noir à se déclarer libre.

5/12 « performance 1 »
- 20h, Yan Duyvendak, Dreams come true
Le voilà, ce parcours dérisoire et désespéré de ceux à qui l’on promet que leurs rêves peuvent devenir réalité. Au milieu de ces illusions qui tournent parfois au cauchemar, Yan Duyvendak s’agite cocassement, essayant consciencieusement d’intégrer les solutions décousues de ceux qui veulent lui apprendre à être une star. Au détour des espoirs impossibles de ces postadolescents, Yan Duyvendak, bien trop réel pour cette prétendue télé-réalité, démonte la machinerie de cette déshumanisante compétition.

6/12 « cinéma 2 »
- 19h, Grimaces d’Erró (1962-1967, 45 min)
Le peintre pop Erró a ainsi basé sa brève oeuvre cinématographique (quatre courts entre 1962 et 1967) sur la saisie des visages et de leur torsion. Grimaces est fidèle à son titre et ces “cinémathons” en trombines, cette galerie de portraits (de Duchamp à Stella) tous sourcils froncés et doigts dans le nez, déclenchent en nous une hilarité dada prolongée par la poésie sonore de l’ultralettriste François Dufrêne.
- 20h, The Nutty professor de Jerry Lewis (Docteur Jerry et Mister Love, 1963, 1h47) avec Jerry Lewis, Stella Stevens, Kathleen Freeman. Le professeur Kelp est un professeur de chimie, très maladroit. Ses cours sont plus distrayants qu’instructifs. Secrètement, il prépare un élixir grâce à lequel il se transforme en crooner séduisant, sûr de lui, répondant au nom de Buddy Love. Ce double n’a pas la gentillesse, ni les bonnes manières du professeur.
Très vite, ce dernier a du mal à le maîtriser.

7/12 « performance 2 »
- 19h, restitution du workshop Avant / Après avec Yan Duyvendak et Christophe Kihm) et les étudiants de la Villa Arson
- 20h, Concert I Apologize (Jean-Luc Verna, Pascal Marius, Gauthier Tassart). Jean-Luc Verna aime les images célèbres de l’histoire de l’art, les poses de statues, « les airs du répertoire » : Siouxsie and the Banshees (la reine), T-REX, le punk, Anarchy in the UK, la new wave, Bauhaus, le rock (évidemment), la dance, Funky Town, le disco, Supernature, I Feel Love, love, love, love Donna Summer, un genre d’opéra rock décadent disco et musique de film d’horreur. « Je suis né dans les années 60, j’ai donc 25 ans, lorsque c’est le moment rêvé pour chausser des talons aiguilles et pousser une petite gueulante, une petite « croonante » ». Pascal Marius, entre, guitare, Tom basse, et quelques effets, développe un univers mélodique et mélancolique. Gauthier Tassart est vidéaste. Il est au cœur de ce trio et déroule sur mesure les boucles, effets, synthétiseurs et claviers qui forment la base des morceaux.

8/12 « cinéma 3 » :
- 20h, Holy Motors de Leos Carax (2012, 1h55) avec Denis Lavant, Edith Scob, Eva Mendes, Michel Piccoli, Kylie Minogue. De l’aube à la nuit, quelques heures dans l’existence de Monsieur Oscar, un être qui voyage de vie en vie. Tour à tour grand patron, meurtrier, mendiante, créature monstrueuse, père de famille... M. Oscar semble jouer des rôles, plongeant en chacun tout entier - mais où sont les caméras ? Il est seul, uniquement accompagné de Céline, longue dame blonde aux commandes de l’immense machine qui le transporte dans Paris et autour. Tel un tueur consciencieux allant de gage en gage. À la poursuite de la beauté du geste. Du moteur de l’action. Des femmes et des fantômes de sa vie. Mais où est sa maison, sa famille, son repos ?

En accès libre et gratuit
Visitez l’exposition HEART OF DARKNESS, à l’occasion de ces soirées : du 5 au 8/12, le centre d’art prolonge exceptionnellement son ouverture pour permettre une découverte de cette exposition préalablement à ces projections/ représentations.

La buvette de la Villa Arson vous accueille avant (pendant) et après chacun de ces rendez-vous.


Colloque vendredi 7 décemebre de 9h à 18h30

DES CORPS COMPÉTENTS (Sportifs, Artistes, Burlesques)
-  9h15 : Ouverture de la journée
- 9h 30 : Patrice Blouin : « Les sportifs aussi sont des images »
On retracera ici les grandes étapes d’une contre-histoire du sport qui considère la mise en image des compétitions comme une donnée essentielle (et non accidentelle) de leur définition. De la chronophotographie de Marey et Muybridge jusqu’à l’imagerie numérique contemporaine.

- 10h 30 : Yan Duyvendak : « Avant / pendant / après »
Mise en contexte et perspective de quelques pièces : Dreams Come True, Keep It Fun For Yourself, Made In Paradise, Please, Continue (Hamlet)

- 11h30 : Eric Duyckaerts : « La pratique de la réussite »
La pratique de la réussite implique des gestes qui s’apparentent au ballet. L’activité mentale s’y présente, phénoménologiquement, comme un métalangage qui glisse au-dessus de son objet, sans y intervenir pertinemment. Ce métalangage informé par le ballet qui se déroule "en-dessous" de lui sans l’influencer en retour me semble habité par ce qu’on pourrait appeler la superstition.

- 14h : Christophe Kihm : « Un savoir burlesque »
Nous essaierons de pointer une qualité du burlesque à l’intersection de deux ordres, en appui sur le texte de Marcel Mauss « Les techniques du corps » (1934) et à la suite des remarques de l’anthropologue relatives au couplage desdites techniques à des techniques d’images, alors qu’il observe à l’hôpital la démarche des infirmières…

- 15h : Elie During : « Le cerveau est un organe de sport »
Fine lame et bon cavalier, Bergson proposait de définir l’homme comme un « animal sportif », capable d’acquérir toutes sortes d’automatismes. Mais l’automatisme signifie également détachement, et même distraction. Le sport trouve ainsi sa place quelque part entre le rêve et le rire ; il tient à la fois du somnambulisme et du burlesque.

- 16h30 : Eric Mangion : « Le V de la défaite »
En prenant appui sur la finale de la dernière Coupe du Monde de rugby, on étudiera par l’image le contenu de certains gestes techniques (ascenseur, cadrage débordement, chandelle, passage de bras, passe croisée) et symboliques (attitudes, rictus ou grimaces) ainsi que la frontière entre légalité et illégalité.

- 17h30 : Arnaud Labelle-Rojoux : « Grimaces, insultes et bras d’honneur. Ou : quelques trucs de l’artiste trickster »
A partir de ces trois catégories dans leur usage social (le sport compris), on essaiera d’établir une analogie avec des expressions artistiques contemporaines, en particulier dans le champ de l’art action.

Programme détaillé et présentation des intervenants http://www.villa-arson.org/index.ph...

Vendredi 7 décembre - Villa Arson - Grand amphi
Entrée libre (sans réservation préalable).Possibilité de déjeuner sur place


Villa Arson
20 avenue Stephen Liégeard
F-06105 Nice cedex
Tél. +33 (0)4 92 07 73 73
www.villa-arson.org

Contacts
Renseignements : +33 (0)4 92 07 73 73
Service des publics
Tel. +33 (0)4 92 07 73 84 / servicedespublics@villa-arson.org