La totalité de la collection historique de (...)

Rubrique : Nice Universitaire

La société VenomeTech est portée par Pierre Escoubas, Maître de Conférences à l’Université Nice Sophia Antipolis et chercheur à l’Institut de Pharmacologie Moléculaire et Cellulaire (UMR CNRS/UNS) et par Nicolas Gilles, Chercheur au Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) de Saclay.

La collection remise par l’Institut Pasteur est composée d’échantillons de venins de plus de 100 espèces de serpents, très bien conservée, et sera utilisée par VenomeTech pour la découverte de molécules thérapeutiques innovantes.

Ce partenariat est essentiel pour VenomeTech, entreprise de biotechnologie issue de la recherche publique, qui possède ainsi un fonds unique au monde pour développer des médicaments innovants à partir de protéines de venin. Il enrichit le stock de plus de 300 venins d’araignées et autres animaux venimeux de la startup.

Pour VenomeTech, l’acquisition de venins se fait généralement auprès de sociétés spécialisées ; l’entreprise fait partie également du programme « Amazonie » du CNRS lui donnant accès à la richesse du patrimoine naturel de la Guyane française.

A partir de ces venins, l’entreprise identifie une cible moléculaire choisie pour son lien avec certaines pathologies, par exemple la douleur . Ensuite, une demande de brevet est déposée , puis des essais précliniques doivent être réalisés chez l’animal et enfin des essais cliniques chez l’homme. Dans les deux prochaines années, VenomeTech souhaite procéder à des essais précliniques sur 2 molécules issues de venins d’araignée, pour des applications dans le traitement de la douleur.

Lors de ses deux premières années d’existence, VenomeTech a bénéficié d’un important soutien du Pôle Valorisation de la Direction de la Recherche de l’UNS et de l’incubateur PACA Est.

Le Pôle Valorisation a aidé VenomeTech dans toutes ses démarches administratives notamment pour bénéficier de la loi sur l’innovation permettant aux chercheurs de participer à la création d’une startup, mais également pour l’acquisition de la licence du premier brevet de l’entreprise (UNS - CNRS).

L’incubateur a participé en amont au lancement de l’entreprise, au montage des dossiers pour les concours de l’innovation, à la réalisation d’une étude marketing, etc.

La société souhaite développer son lien avec l’Université Nice Sophia Antipolis (UNS) en intégrant des étudiants en stage dans le domaine des biotechnologies et pourquoi pas, à terme, recruter. En 2011, un étudiant en master MAPI (Management de projets innovants) à l’École Polytech’ Nice Sophia de l’UNS effectuera d’ailleurs son stage dans la startup.

L’objectif de VenomeTech est ainsi de s’intégrer dans le tissu universitaire, scientifique et économique local et de poursuivre la valorisation de la recherche publique.


Les perspectives

  • Faire progresser les 2 molécules candidates dans le cycle de développement
  • Etoffer le portefeuille de brevets
  • Acquérir une position de leader mondial dans le domaine de l’exploitation des venins

Les financements principaux

  • Agence Nationale de la Recherche (ANR)
  • Prix du Concours National de Création d’Entreprises Innovantes 2009

L’équipe opérationnelle : un effectif de 7 personnes en 2011

  • 2 associés fondateurs : Pierre Escoubas et Nicolas Gilles
  • 1 salarié, Mathieu Leblanc
  • 3 stagiaires dont 1 étudiant niçois en master MAPI à l’École Polytech’ Nice Sophia de l’université
  • 2 recrutements prévus début 2011 (niveau post-doctorant), en fonction de l’avancement des projets

Pierre Escoubas et Mathieu Leblanc, dans les locaux de VenomeTech à Sophia Antipolis

P.-S.

L’adresse originale de cet article est http://actualite.unice.fr/spip.php?...