L’UNS et la ville de Vence signent un partenariat

Rubrique : Nice Universitaire

Albert MAROUANI, Président de l’UNS et Régis LEBIGRE, Maire de Vence et Vice-Président de la métropole Nice Côte d’Azur, ont signé mercredi 4 avril 2012 une convention de partenariat culturel et artistique destinée à favoriser l’enseignement sur l’histoire et le patrimoine de Vence dans le cadre du diplôme d’Université « Histoire de l’art et archéologie » de la Faculté des lettres, arts et sciences humaines de l’Université.

De gauche à droite : Michel Montagnac, Adjoint au Maire de Vence, délégué à la Culture, Régis LEBIGRE, Maire de Vence et vice-Président de la métropole Nice Côte d’Azur, Albert MAROUANI, Président de l’Université Nice Sophia Antipolis et Jean-Baptiste Pisano Responsable du Diplôme Universitaire « Histoire de l’Art et Archéologie »

Les objectifs de cette convention sont d’une part la conservation, la valorisation et la connaissance du patrimoine et de l’histoire des secteurs vençois, et d’autre part, l’amélioration de l’insertion professionnelle des étudiants qui souhaitent se former en histoire et histoire régionale, ainsi qu’aux techniques de guidage.

S’appuyant sur un riche patrimoine artistique et historique, qui fait de notre région la seconde de France en la matière, le Diplôme Universitaire « Histoire de l’Art et Archéologie » dispense des cours d’Histoire de l’Art, d’Archéologie, d’Histoire Régionale, d’Histoire des civilisations et de Patrimoine… La formation propose un cursus en deux ans, complété par un stage, soit en Musée, Galerie d’Art… pour l’option Art, soit sur un des chantiers de fouilles archéologiques (proto-historique, antique, médiéval ou moderne) pour l’option Archéologie.

Les enseignements proposés garantissent aux étudiants une formation de base solide en archéologie, patrimoine et histoire de l’art.

En moyenne, ce sont une trentaine d’étudiants sur 2 ans qui suivent cette formation. Une collaboration avec les collectivités territoriales permettrait d’inciter un plus large public à s’y inscrire au titre de la formation continue.

Les étudiants seront accueillis dans les bâtiments du patrimoine vençois, comme la médiathèque municipale. Les étudiants assureront ensuite au cours de leur cursus des visites guidées proposées par l’office municipal de tourisme de la ville de Vence et la fondation Emile Hugues.

  • Extrait du discours du Maire de Vence, Régis LEBIGRE, Prononcé le le 4 Avril 2012 :

" (...) L’entrée de l’université à Vence conforte la cohérence de toutes nos actions et notre détermination, à valoriser les traces, léguées par les prestigieux créateurs, qui ont façonné l’histoire de notre Ville et la scène artistique mondiale.

En premier lieu, Henri Matisse qui connut à Vence une période de renaissance artistique marquée par la composition de la Chapelle du Rosaire. Oeuvre de synthèse, unique au monde, pour laquelle il travailla durant quatre années.

Raoul Dufy, émerveillé par l’intensité lumineuse du ciel et la découpe mystérieuse des Baous immortalisa en lignes légères, en teintes fluides et en couleurs pures, la beauté des collines Vençoises.

Marc Chagall sera également ébloui par la lumière de Vence. Il s’installe dans notre Ville tandis que ses créations sont couronnées de Grands Prix Internationaux. De nouveaux supports apparaissent dans son œuvre à l’image de la mosaïque « Le Baptême » offerte à la Cathédrale de Vence en 1979.

Chaïm Soutine entreprend dans la Cité des remparts une série de tableaux : La Place du Village, la place du Peyra et le grand Frêne, cinq fois séculaire qui orne le parvis du Château de Villeneuve/Fondation Emile Hugues, aujourd’hui immortalisé.

Jean Dubuffet qui prendra possession de son nouvel atelier face aux Baous en 1956. Son œuvre, témoigne d’une végétation foisonnante dans la série des sols, des terrains et des jardins de papillons de Vence.

Bientôt Alphonse Chave accueillera ici tous les singuliers de la création avec une ferveur communicative. Nombreux sont alors et jusqu’à aujourd’hui, les artistes à trouver le chemin de la petite galerie.

Puis l’écrivain Polonais Witold Gombrowicz qui arrivera un jour d’octobre 1964 au deuxième étage de la villa Alexandrine qui lui rappelait sa maison d’Argentine. Il connaissait Jean Dubuffet avec lequel il correspondra mais aussi Georges Ribemont-Dessaignes qui séjournait à St Jeannet.

Si la majorité des artistes sont venus d’ailleurs chercher la lumière et exercer leur génie, il en est un qui fit le chemin inverse. Yvon Lambert né à Vence, passionné d’art et de livres, ouvre sa première galerie place du Grand Jardin. Il est aujourd’hui l’un des acteurs majeurs de l’art contemporain international.

Il y eut aussi la galerie Alexandre de la Salle place Godeau, qui organisa de nombreuses expositions autour des Nouveaux Réalistes dont Arman qui installa son atelier à Vence dès 1970.

Il y a encore aujourd’hui : Jean Charles Blais et Franta installés sur les hauteurs de la Ville.

VENCE, Terre d’inspiration et de création ! L’aventure artistique Vençoise ne s’est pas arrêtée à ces pages de l’histoire. Vence a créé une nouvelle dynamique culturelle avec le Château de Villeneuve/Fondation Emile Hugues, devenu en vingt ans, un lieu incontournable de l’art moderne et contemporain.

Un lieu d’excellence dirigé par Zia Mirabdolbaghi, soutenu par l’Etat et la DRAC, par Philippe Marland et par l’Adjoint à la Culture Michel Montagnac.

Un lieu qui a vu naître une fabuleuse collection issue de généreux donateurs. A commencer par les héritiers Matisse que je remercie une nouvelle fois très vivement. Ces donations remplies de la présence et de l’œuvre de Matisse constituent un fonds patrimonial Vençois prestigieux. (...)"

P.-S.

L’adresse originale de cet article est http://actualite.unice.fr/spip.php?...