Institut Universitaire de France : 3 enseignants-c

Rubrique : Nice Universitaire

Médéric ARGENTINA, Luc CHARLES-DOMINIQUE et Vicente ZARZOSO, ont été nommés membres de l’institut universitaire de France par la Ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche. Leur nomination, d’une durée de 5 ans, prendra effet au 1er octobre 2013.

Les membres juniors

Médéric ARGENTINA, maître de conférences en physique

Docteur en sciences physiques depuis 1999, spécialisé dans les systèmes non linéaires, son expérience postdoctorale internationale (UCM, Espagne, UC Chili, University of Cambridge Angleterre, Harvard États-Unis) a ouvert ses thématiques de recherche vers la mécanique des fluides, l’élasticité, la locomotion, et la biologie. En 2004, il est nommé maître de conférences à l’Université Paris 7, avant d’obtenir une mutation, en 2005, à l’Université Nice Sophia Antipolis.

Pendant sa thèse et son début de carrière, Médéric Argentina a travaillé sur des modèles génériques prédisant des dynamiques spatio-temporelles complexes avant d’orienter par la suite son travail de recherche vers des problèmes en forte corrélation avec les expérimentateurs : il a ainsi étudié les oscillations du drapeau, certaines instabilités des systèmes granulaires et des fluides complexes. Les problèmes reliés à la locomotion animale et végétale ont également attiré son attention. Actuellement il travaille sur des problèmes de biomécanique et de biophysique. En particulier, pour cette dernière thématique, il développe un modèle de prédiction du pH de tumeurs, avec l’objectif de proposer des nouvelles thérapies. Depuis quelques années, il s’investit dans plusieurs tâches administratives : vulgarisation scientifique, co-gestion du Master de physique, direction du Centre d’Initiation à l’Enseignement Supérieur et mise en place du centre de calcul haute performance de l’UNS.

Vicente ZARZOSO, professeur des universités en traitement du signal

Professeur à l’Université Nice Sophia Antipolis, au sein du Département Génie électrique et informatique industrielle (GEII) de l’IUT Nice Côte d’Azur, il est également chercheur au laboratoire d’Informatique, signaux et systèmes de Sophia Antipolis (I3S). Diplômé en ingénierie des télécommunications par l’Université polytechnique de Valence (Espagne), il a obtenu, après un long séjour à l’Université de Strathclyde (Glasgow, Royaume-Uni), son doctorat en traitement du signal par l’Université de Liverpool (Royaume-Uni). Il a ensuite poursuivi ses activités de recherche pendant cinq ans en tant que Research Fellow de la Royal Academy of Engineering, avant d’être recruté comme maître de conférences à l’UNS en 2005.

Le projet de recherche qu’il développera au sein de l’IUF se situe à la frontière entre les sciences et technologies de l’information et de la communication (STIC) et la santé. Plus précisément, ce projet s’intéresse au dernier grand défi en cardiologie : la fibrillation atriale (FA), l’arythmie cardiaque soutenue la plus répandue, jugée responsable de jusqu’à 25% des accidents vasculaires cérébraux. Le projet vise à améliorer la compréhension de la FA grâce à l’utilisation d’outils avancés de traitement et d’analyse des signaux électrocardiographiques enregistrés des patients atteints de ce trouble cardiaque. Ce projet interdisciplinaire est situé à l’interface entre les équipes de recherche en traitement du signal biomédical et en tenseurs pour le signal de l’I3S, et sera effectué en partenariat avec le Service cardiologie du Centre hospitalier Princesse Grace de Monaco. Vicente Zarzoso est actuellement responsable scientifique du projet ANR Jeunes chercheurs "PERSIST" (2010-2014) sur l’analyse non invasive de la FA persistante et sa mise en relation avec la thérapie d’ablation par cathéter. Ses recherches sont axées autour du traitement numérique du signal pour les applications biomédicales et les télécommunications. Elles portent plus particulièrement sur les aspects méthodologiques (séparation de sources, analyse en composantes, algèbre linéaire et multilinéaire) liés à la disponibilité de capteurs multiples (enregistrements à plusieurs électrodes, systèmes multi-antennes).

Membre senior

Luc CHARLES-DOMINIQUE, professeur des universités en ethnomusicologie

Après des études de musicologie aux universités d’Aix-en-Provence et Toulouse et une thèse en anthropologie sociale et historique de l’Europe à l’EHESS sur le thème Musiques de Dieu, musique du diable. Anthropologie de l’esthétique musicale française, du Moyen Age à l’époque baroque, Luc Charles-Dominique devient maître de conférence en 2002 puis professeur des universités en 2005. Il a enseigné l’ethnomusicologie dans les universités de Toulouse Mirail, Nice Sophia Antipolis, Lille III, Paris Sorbonne, François Rabelais (Tours), Paul Valéry (Montpellier) et au centre national supérieur de musique et de danse de Poitiers. Musicien professionnel (violoniste et hautboïste), il a dirigé de 1999 à 2004 le centre Languedoc Roussillon des musiques et danses traditionnelles à Montpellier. De 2006 à 2009, il a été expert auprès de la Délégation départementale à la musique et à la danse des Alpes Maritimes (ADEM06) pour les musiques traditionnelles et l’ethnomusicologie et est depuis 2006, expert auprès de la direction régionale des affaires culturelles de PACA pour les musiques traditionnelles et l’ethnomusicologie.

Ses recherches sont de triple nature : en anthropologie musicale historique (personnage historique du ménétrier, influence des musiques tsiganes sur la musique française, symboliques du sonore) en épistémologie (anthropologie de la modernité, patrimonialisation musicale). Depuis 2006, il a permis également la création d’une forte dynamique d’échanges avec la faculté de musique de l’Université de Montréal, permettant un accord entre les 2 universités à la fois pour une co-diplômation de master et pour des projets de recherche. Auteur de nombreux ouvrages et publications il fait parti du comité de lecture de la collection « hommes et musiques » de la société française d’ethnomusicologie et a créé et co-dirigé la collection Anthropologie et musiques chez L’Harmattan.

P.-S.

L’adresse originale de cet article est http://actualite.unice.fr/spip.php?...