Cinq conseils pour raccrocheurs

Rubrique : Les Grandes Ecoles

Ils décrochent leur bac puis décrochent de la fac. Pas forcément mauvais élèves ou paresseux, nombreux sont ceux qui quittent l’université sans diplôme. Certains reprennent le chemin des études. Le plus souvent par une autre voie. Enquête, témoignages et conseils.

1 / Listez et faites le tri des raisons qui vous amènent à décrocher

. Qu’est-ce qui ne vous accroche pas, vous rebute, vous ennuie, vous désespère ? Les matières abordées – genre "le droit, en fait je déteste" – ou la manière de les aborder – pas assez encadré, profs trop distant, total anonymat dans la fac… ? Bref, est-ce un problème de fond ou de forme ? La réponse à cette question vous permettra de trancher : continuer à la fac, mais en changeant de spécialité, ou bien poursuivre dans le même domaine mais dans une autre filière, par exemple, plus encadrée et/ou plus professionnalisée.

2 / Repérez vos envies

. Si vous voulez changer d’orientation, il n’est pas trop tard pour noter toutes vos idées, sans rien vous interdire – "Et pourquoi pas pilote de chasse ?". Sur le papier tout est possible, vous trierez ensuite. Là, il s’agit de profiter pleinement de toutes les sources d’information sur l’orientation – y compris notre site ! Un passage par le SCUIO (service universitaire d’information et d’orientation) de votre université s’impose. D’autant plus si des dispositifs d’aides aux "décrocheurs" sont mis à disposition.

3 / Allez voir ailleurs.

Sortez de votre université pour contacter d’autres structures de formation (écoles, lycées, autres universités…), histoire de voir ce qui se fait ailleurs. Notez bien toutes les informations utiles : durée de la formation, début des cours, coût, débouchés, contenu du dossier d’inscription, déroulement d’un entretien éventuel… Échangez aussi avec vos profs – "Ceux que je connais… et que j’aime bien" –, d’autres étudiants plus âgés (via le tutorat), avec vos amis, votre famille… pour tester vos idées, prendre conseils, ou simplement vous confronter à d’autres points de vue.

4 / Ne restez pas seul.

"Facile à dire !" Oui, mais la solitude est le mal des décrocheurs avec toute la panoplie des symptômes : sentiment d’échec, de culpabilité, repli sur soi… Pour en sortir, plutôt que de vous conseiller d’aller voir un psychologue ou une conseillère d’orientation, pourquoi ne pas vous impliquer dans la vie étudiante ? Les différentes associations étudiantes sont autant de relais pour susciter des rencontres autour d’un engagement culturel, sportif, humanitaire, entrepreneurial… et qui souvent ont un effet de remotivation sur ses études.

5 / Comprenez ce que la fac exige de vous

. Être perdu à la fac, c’est souvent ne pas comprendre ce que les profs attendent de vous. "Faudrait peut-être bien que j’aille en cours…" Or, les exigences en licence ne sont plus strictement scolaires au sens où il suffirait de réciter par cœur des connaissances acquises. Au-delà de l’accumulation de savoirs, il est demandé aux étudiants de savoir se débrouiller par soi-même (d’où l’importance du travail en bibliothèque), d’acquérir une méthodologie, d’être capable de poser une problématique… Un pas de géant pour apprendre à penser par soi-même, une exigence forcément difficile.

lire l’article et la suite du dossier sur le site de l’ETUDIANT