Cérémonie de remise des insignes de Chevalier (...)

Rubrique : Vidéos et photos

Eliane KOTLER, professeur des universités classe exceptionnelle, a été nommée chevalier dans l’Ordre National du Mérite, au titre du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Le 31 janvier 2011, Albert MAROUANI, président de l’Université Nice Sophia Antipolis (UNS), a présidé la cérémonie de remise des insignes dans l’Ordre national du Mérite. Daniel BENCHIMOL, conseiller général, adjoint au Maire de Nice, doyen de la Faculté de Médecine, lui a remis officiellement les insignes saluant sa remarquable carrière d’enseignant chercheur et de responsable universitaire.

Issue d’une famille niçoise très ancrée sur le territoire, Eliane KOTLER, née Passeron, a réalisé son parcours scolaire et universitaire dans la capitale azuréenne. Durant toutes ces années, elle réussit brillamment les différents concours et examens (Ecole Normale d’Institutrices, CAPES puis agrégation des Lettres Modernes), thèse de doctorat (1988) sur les pamphlets d’Agrippa d’Aubigné et Habilitation à Diriger des Recherches (1995).

Mariée à Jacques Kotler, membre de la Chambre de Commerce et de l’Industrie de Nice, heureuse maman de deux grands enfants, elle a enseigné hors du territoire niçois quelques années jusqu’à ce qu’elle soit recrutée comme assistante à la Faculté des Lettres pour enseigner la grammaire et la philologie du Moyen-Age et de la Renaissance en 1982.

Depuis, l’ensemble de sa carrière s’est déroulée à l’Université Nice Sophia Antipolis comme Maître de Conférences puis comme Professeur (actuellement PR de classe exceptionnelle).

Très attachée à la langue et à la culture niçoise, elle a contribué avec le doyen Chantal KIRCHER et Jean-Marc GIAUME, maintenant délégué au patrimoine mais alors assesseur étudiant, à la création d’un département de langue d’oc à l’UNS.

Au regard de sa carrière, son parcours est marqué par une vocation - l’enseignement et une passion - le XVI ème siècle. Son plaisir d’enseigner se retrouve notamment dans sa préoccupation constante pour le devenir de ses étudiants, pour l’amélioration de leur condition de vie et pour leur insertion professionnelle.

Elue au CEVU depuis 2001, dont elle est la vice présidente depuis 2005, elle participe à l’organisation des enseignements de l’université selon le schéma LMD et a présidé à l’élaboration de deux contrats quadriennaux. Parallèlement à cela, elle a été sollicitée pour participer à plusieurs missions d’expertise pour la section 1 de l’AERES, celle des Établissements, ainsi que pour la section 3, celle des formations. C’est donc une carrière administrative importante dans le niveau de responsabilité et dans la durée. Son implication au service de l’enseignement supérieur avait déjà été reconnu puisqu’elle est actuellement officier dans l’ordre des palmes académiques.

Lors de la cérémonie, après avoir remercié toutes les personnes qui l’ont aidée, conseillée, accompagnée tout au long de son parcours, Eliane Kotler a tenu à dire que l’université ne doit pas oublier qu’elle n’existe que pour les étudiants et par les étudiants, qu’elle doit être ouverte à tous et qu’il est urgent qu’elle redonne à chaque étudiant quel que soit le milieu dont il est issu les moyens de la réussite. Elle s’est dite par ailleurs convaincue que l’université doit participer au développement économique du pays : elle en est un élément essentiel. Même s’il est vrai que l’université française a été créée par des clercs, contrairement aux universités américaines, les temps sont en train de changer et les moyens que le gouvernement met à la disposition des Universités dans le cadre du « Grand Emprunt » vont repositionner l’Université comme un acteur majeur du développement du pays. Or, Eliane Kotler précise que ces financements ne concernent pas seulement la recherche mais aussi la formation, formation initiale et formation continue. Ces formations ne peuvent plus être conçues indépendamment des besoins du monde économique et, si possible, des besoins qui seront ceux des décennies à venir. Elle estime que tout le travail que l’Université mène en partenariat avec les entreprises au sein du COSE va dans le bon sens.

Toutefois en bonne littéraire, elle considère comme Montaigne qu’il ne faut pas se contenter de travailler à « remplir la mémoire et laisser l’entendement et la conscience vides ». La culture générale doit avoir sa place dans la formation de nos étudiants, dans toutes les formations.

De gauche à droite : Pr. Daniel Benchimol, Doyen de la faculté de médecine, Pr. Albert Marouani Président de l’UNS, Pr. Éliane Kotler Vice-Présidente du Conseil des Études et de la Vie Universitaire (CEVU).

Membres étudiants titulaires du CEVU, de gauche à droite : Alexia De Medeiros, Jean-baptiste Ferrand, Ludovic Arnaud Vice-Président étudiant , Pr. Éliane Kotler Vice-Présidente CEVU, Baptiste Baraudou, Camille Robaudi.

P.-S.

L’adresse originale de cet article est http://actualite.unice.fr/spip.php?...

Portfolio