"Projet Realief" gagnant du hackathon (...)

Rubrique : Info Etudiants

Neuroplanète : "Realief", ce projet qui peut changer la vie des amputés
Des étudiants ont été récompensés pour ce projet qui crée via un écran une simulation du membre amputé. Des centres spécialisés sont déjà intéressés.

Ils n’ont pas vraiment eu le temps de profiter du soleil qui inonde la promenade des Anglais et le bord de mer. Pendant 48 heures, 120 étudiants, designers ou encore codeurs ont participé à l’« hackathon » organisé notamment par Le Point dans le cadre du forum Neuroplanète. Objectif : proposer un projet novateur répondant à des besoins des professionnels de santé. Application, site web, réalité augmentée : les participants, répartis en 18 équipes, ont fait preuve d’une « créativité exceptionnelle » souligne Olivier Megean, PDG du Point et membre du jury. « Nous avons donné la moyenne à tout le monde » ajoute-t-il. Un très gros potentiel

Le projet qui a remporté le prestigieux Grand Prix de la ville de Nice et du Point se nomme « Realief ». Son but : améliorer la qualité de vie pour les personnes amputées. « Il y a plus de 3 500 personnes amputées par an en France, explique l’une des membre de l’équipe. 80 % d’entre eux ressentent « une douleur fantôme » ». Cette douleur provoque une sensation de picotement, de fourmillement au bout des membres amputés. Afin d’apaiser cette douleur, les membres de l’équipe de Realief propose des mini-jeux interactifs en face d’un écran. La répétition de gestes et le caractère ludique de l’activité provoque un véritable soulagement aux patients.
Le jury n’a pas été le seul à être enthousiaste à propos de ce projet : l’équipe a contacté trois des 140 structures dédiés aux personnes amputés et l’une d’elle s’est déjà montrée intéressée. « Il y a un très gros potentiel et de nombreuses perspectives d’évolution » évoque l’une des membres de l’équipe.

Favoriser les rencontres entre différents corps de métier
Ce « hackathon », qui mêle recherche scientifique et travaille sur sa faisabilité, démontre l’importance de mêler des profils venus de différents univers professionnels. C’est ce qu’explique le docteur Matthieu Durand, fondateur associé de l’agence Planète med et intervenant pendant le « hackathon » : « En favorisant les rencontres entre différents corps de métier, cela permet de voir une solution émerger, qu’elle soit envisageable technologiquement, voire commercialisée ». Pour lui, l’exemple à suivre est celle des universités américaines où cet échange est favorisé. « Aux Etats-Unis, durant les quatre premières années, un étudiant de médecin est en confrontation permanent avec les autres disciplines. En France, il convient de faire six ans de médecine et cinq ans d’internat ! »

Des initiatives se multiplient en France et Nice, ville où a été organisé Neuroplanète, est à la pointe en la matière. De multiples connexions existent en effet entre un secteur médical important et Sofia Antipolis, la plus grande technopole d’Europe, faisant de Nice l’une des principales « smart city » (ville intelligente) au monde.

Les membres du groupe "Realief" : Mohamad Moutaliev, Elyess Gloulou, Lyna Ammi, Inès Wandja, Jérémy Lacour, Erola Palau, Anna-Lisa Palatu, Hamza Hekkouri, Sébastien Parant, Meggy Hayotte

+ d’infos http://www.lepoint.fr/sciences-natu...


Auteur : etudiants