Tu es étudiante et tu t’interroges sur les IST (...)

Rubrique : Santé / Social

Mieux diagnostiquer les infections à Chlamydia chez les jeunes filles de 18 à 24 ans

L’UNS vient de rejoindre l’étude i-Predict.
Cette étude fait partie d’i-Share, la plus grande étude sur la santé des étudiants lancée en 2013. L’objectif est d’améliorer les connaissances sur les infections à Chlamydia et d’évaluer si le dépistage systématique et régulier permet de réduire les risques d’infections génitales hautes. 840 jeunes filles volontaires de 18 à 24 ans sont recherchées par le service universitaire de médecine préventive de l’UNS pour participer à cette étude.


La recherche

L’infection à Chlamydia est la plus répandue des infections sexuellement transmissibles dues à des bactéries, surtout chez les jeunes femmes de 18 à 24 ans.

Sa prévention repose sur l’utilisation du préservatif. Non traitée, la bactérie peut se propager vers l’utérus, ce qui entraine des infections génitales hautes (comme les endométrites et les salpingites).

Plus tard, cela peut augmenter les risques de grossesse extra-utérine ou causer une infertilité.

Comme la majorité des personnes ne présente aucun symptôme et, de ce fait, ne consulte pas, l’infection n’est pas traitée.

L’infection étant simple à dépister et à traiter par des antibiotiques, il est actuellement recommandé de proposer un dépistage aux jeunes femmes de moins de 25 ans et jeunes hommes de moins de 30 ans lorsqu’ils se présentent en centre de dépistage (CeGIDD), s’il y a eu des rapports sexuels non protégés à risque.

Malgré ces recommandations, l’infection reste très fréquente chez les jeunes femmes.

La question d’un dépistage qui serait systématiquement proposé se pose donc.

Il n’est cependant pas sûr qu’un dépistage systématique de cette infection soit efficace pour réellement diminuer le risque de complications. C’est pour ça qu’il est important d’évaluer cette stratégie de dépistage systématique.

Grâce à ce projet de recherche, si le dépistage systématique s’avérait réellement efficace pour prévenir les complications de l’infection, il pourrait être recommandé par les pouvoirs publics.

Ce projet de recherche va être mis en place à Paris, Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, Bordeaux et Nice.


Pour participer, envoyez un mail avec vos coordonnées à : i-predict@uvsq.fr (UVSQ) ou i-predict@unice.fr (Nice).

Plus d’infos sur :
- http://www.i-share.fr/actualite/i-p...
- http://unice.fr/fil/service-communi...


Auteur : etudiants