Festival OVNi

Rubrique : Sortir

Du 04/12/2015 au 06/12/2015 - Galerie "Le 22" - 22 rue de Dijon - 06000 Nice

Dans le cadre du Festival Objectif Vidéo Nice, Le 22 présente une installation regroupant deux vidéos, Point, ligne, plan d’Alexandra Guillot et Échappée de Frédéric Nakache. Plan séquence et plan fixe, mouvement de faible intensité ou à peine discernable en arrière plan, absence de narration, c’est par réduction des moyens techniques que s’opèrent dans ces vidéos un glissement en direction de l’espace pictural - la peinture abstraite ou l’imagerie surréaliste.

Vernissage le jeudi 3 décembre 2015 de 18h30 à 20h avec une présentation de la vidéo "Back to the ocean" d’Alexandra Guillot - Vidéo 4/3 couleur sonorisée de 46 mn réalisée en 2011 en collaboration avec Manuel Rosas, compositeur.

Programmation :

- Alexandra Guillot
"Point, ligne, plan", 2010, vidéo couleur 16/9 silencieuse, 26 min en boucle

- Frédéric Nakache
"Echappée", 2015, vidéo HD, boucle


En savoir plus :
- http://www.le22ruededijon.com/ovni-...
- http://www.ovni-festival.fr/

Horaires d’ouverture au public :
vendredi et samedi de 10h à 12h et 14h à 19h, le dimanche de 15h à 19h.


ALEXANDRA GUILLOT
Point, ligne, plan, 2010, vidéo couleur 16/9 silencieuse, 26 min en boucle
Photo

Point, ligne, plan, réalisé en 2010 par Alexandra Guillot, emprunte son titre à l’ouvrage sur la théorie des formes écrit par Vassily Kandinsky en 1926. Résolument abstraite et non narrative la vidéo met en scène dans un plan fixe les légères modulations chromatiques émises par des Leds dans un espace obscurci.
A l’épure du dispositif mis en œuvre par l’artiste se substitue alors un espace pictural où composition géométrique, alternance des couleurs et passage subtil entre statique et dynamique invitent le spectateur à une expérience sensible et contemplative de l’œuvre

A propos de l’artiste
Née à Bayonne (64) en 1980 et titulaire depuis 2005 du DNSEP (Villa Arson, Nice), Alexandra Guillot vit et travaille à Nice. Elle intègre en 2007 le collectif La Station, avec qui elle collabore en qualité d’artiste résidente et co-organisatrice des expositions.
Artiste pluridisciplinaire, Alexandra Guillot travaille à partir de sources les plus diverses – journal intime, littérature, cinéma, internet, mass-média, photographie… qui constituent un fond d’archives issu d’une pratique quotidienne remontant aux années 2000. Le recyclage de ces matériaux que l’artiste travaille et transforme dans une approche distanciée se décline dans différents médiums et propose une lecture toute personnelle de l’art postmoderne et contemporain. Souvent conceptuelles dans leurs élaborations, les œuvres d’Alexandra Guillot n’en conservent pas moins une grande part de subjectivité empreinte d’un romantisme noir dont elle revendique l’influence.


FREDERIC NAKACHE
Echappée, 2015, vidéo HD, boucle
Photo

Images composées, mutisme des scènes, Frédéric Nakache emploi le médium vidéo dans le prolongement de son travail photographique tant par les dispositifs mis en œuvre que par le choix du sujet. À travers ce médium, l’artiste cherche une sorte de degré zéro de la vidéo qui répondrait au principe de la photographie sans la dimension mortifère de l’image fixe.
Ici, dans l’Echappée, réalisée en 2015 dans les entrepôts de La Halle Spada à Nice, les restes de personnages carnavalesques abandonnés dans la friche industrielle donnent lieu à une composition qui révèle l’aspect sculptural de la scène mais également sa dimension picturale - référence aux scènes de genre telles que la nature morte ou la vanité.
Apparemment statique, la boucle vidéo requiert toute l’attention du spectateur pour découvrir l’action qui l’anime : l’ascension d’un personnage s’échappant inlassablement d’un des crânes en carton pâte vers un point indéterminé. Les éléments grotesques, le basculement d’échelle et le traitement de l’action conférent à la scène une dimension surréaliste.

A propos de l’artiste
« J’assemble des morceaux du monde matériel, des éléments personnels ainsi que de l’histoire de l’art et de la photographie. Avec ces fragments, je construis une narration particulière, qui n’est autre que l’exploration de ma propre expérience de la réalité. Cette conception éclatée et protéiforme de l’image ouvre un large champ d’interprétations et de lectures au regardeur ». Né à Rouen en 1972, Fréderic Nakache vit et travaille à Nice. Oscillant entre sculpture, installation, vidéo et photographie, avec une prédilection pour ce dernier médium, le topique de la mémoire est omniprésent dans son travail, notamment les processus de remémoration qui donnent forme à nos souvenirs. Ses vidéos ont été présentées à la Foire de Bâle ainsi que dans une programmation d’artistes français, Young and French, au Musée d’Art Contemporain d’Helsinki, le Kiasma et récemment à la Cité Internationale des Arts à Paris dans le cadre du Cinéma de la nouvelle lune sous le commissariat de Jean-Christophe Arcos.


Auteur : etudiants