CONF’ERRANCES au MAMAC

Rubrique : Info Etudiants

Vendredi 4 mai 2018 à 16h30
Dimanche 13 mai à 11h

Le comédien et musicien Christophe Servas partage son regard singulier sur l’exposition Liz Magor.

Inscrivez-vous d’art d’art !

Christophe Servas propose une lecture inédite de l’exposition Liz Magor à travers le jeu théâtralisé et la musique.

Depuis plus de 40 ans, Liz Magor interroge l’infra-ordinaire, la trivialité et modestie du quotidien, la compulsion de notre société pour l’achat, l’accumulation puis l’oubli et notre relation intime aux objets. Son travail déployé au MAMAC à travers une cinquantaine d’œuvres créées entre 1989 et 2017, permet de prendre la mesure de cette démarche singulière et offre une perspective contemporaine sur les collections du musée, fondées sur la pratique du détournement et de l’appropriation du réel.

L’exposition au MAMAC a été conçue en étroite collaboration avec le Migros Museum für Gegenwartskunst à Zurich et le Kunstverein à Hambourg, et réalisée en partenariat avec le Musée d’art contemporain de Montréal et la Galerie d’art contemporain de Vancouver.

Christophe Servas débute sa vie professionnelle en intégrant la compagnie Miranda (Nice). En 2008, il joue dans un spectacle ayant pour thème la violence dans les collèges des alpes Maritimes. Outre son travail de comédien dans « le Songe d’une nuit d’été » et sa participation à la tournée PACA du « cabaret sexuel », il compose les musiques de la la compagnie Miranda. De 2014 à 2018 il joue dans "Acting" de Xavier Durringher et "Dialogue d’un chien avec son maître sur la nécessité de mordre ses amis" en composant, en parallèle de son travail de comédien, la musique des spectacles. Il participe à la tournée du spectacle « l’Odyssée burlesque » et rejoint en 2015 le Collectif la Machine pour le spectacle Don Quixote, où il est à la fois comédien et musicien. En 2017, il participe à la tournée de « Dom Juan… et les clowns » mise en scène Irina Brook et Cie Miranda au Festival d’Avignon 2017. Il anime des ateliers et des conférences sur la fabrication d’instruments de musique, issus d’objets du quotidien.

« Alors que l’indispensable n’est pas résolu,
Sans aucune limite on s’entoure de superflu.
Sans prendre le temps de regarder là où il faut
On se félicite de savoir discerner le vrai du faux.
L’authentique devient sarcastique et l’inauthentique se réplique,
Interviennent à bonne escient les jeux émotifs de l’inconscient.
Ici on ne reproduit pas le visible, on rend visible.
L’objet est une poésie qui se regarde
Sa musique est issue d’une matière bavarde.
À observer nos choses et nos comportements,
On pourrait croire que notre espèce n’est là que par accident. ». CS


Réservation : lelia.mori@ville-nice.fr
Tarif unique 6 euros – gratuit pour les - de 13 ans


Auteur : etudiants