« 12 heures de cuisine pour le téléthon » : (...)

Rubrique : Info Etudiants

La mission n’était certes pas impossible mais elle n’était pas non plus très simple à réaliser et c’est finalement haut la main que les trois cuisiniers et les étudiantes et étudiants de l’Ipag Nice ont régalé le nombreux public venu assister à la journée festive et caritative du Téléthon, ce samedi sur la place Pierre Gautier.

Il était 7 heures du matin quand le stand prenait forme avec l’installation du matériel et la livraison des 180 kilos de denrées alimentaires offertes par les nombreux partenaires de l’opération (voir liste en fin d’article). Le froid fut vite oublié après quelques minutes de mise en place et les chefs pouvaient rentrer en action avec Noémie Honiat, déjà à pied d’œuvre sur ses financiers, madeleines et autres douceurs, Norbert Tarayre en préparation de son Bar à Soupes qui proposera des veloutés de potimarrons, une soupe aux champignons truffée ou encore la traditionnelle soupe de légumes du marché alors que Franck Viano était plongé dans ses brioches et ses fruits pour sortir ses fameux Pan Bagnats sucrés.

Les festivités et animations pouvaient redémarrer vers 10 heures et les premières effluves culinaires attiraient déjà les premiers gourmets et gourmands tout comme les curieuses et les curieux désireux de rencontrer les deux participants de la dernière édition de Top Chef. « Nous sommes venus en famille pour faire d’une pierre, deux coups en rencontrant les chefs tout en goûtant leurs plats. La soupe truffée aux potimarrons est un véritable délice. » confie Barbara venue de Villefranche sur Mer avec mari et enfants pour participer à la grande fête du Téléthon niçois. Le stand s’est ensuite transformé en véritable brigade aux alentours de midi pour le premier coup de feu de la journée autour d’un « Nono » haut en paroles comme en couleur et une Noémie transformée en petite fourmi de la pâtisserie enchainant les diverses pâtes et préparations sucrées. « Nous sommes très heureuses de l’aboutissement de ce projet. Ca n’a pas été simple de trouver l’ensemble des partenaires et jusqu’à hier nous cherchions encore quelques denrées. Nous tenions d’ailleurs à vivement remercier nos plus généreux donateurs : La société Sodimats, Leclerc Saint Isidore et La cuisine centrale de la ville de Nice, sans oublier Dominique Estrosi-Sassone, Françoise Monier et Lauriano Azinheirinha pour leur implication dans ce projet. » explique Vanessa Négri, une des deux organisatrices de l’évènement avec Héloïse Schwab.

15 heures et juste le temps de souffler un peu avant que l’heure du goûter ne vienne pointer son nez et que les « pitchouns » n’assaillent le stand à la recherche de quelques douceurs après avoir piloté des Ferrari miniatures, fait une bataille de Sumo ou encore grimpé sur le mur d’escalade installé sur le Quai des Etats-Unis. « On a beau leur proposer de la soupe mais rien à faire, ce sont les pâtisseries de Mimi qui font un carton ! » Norbert en grande forme continue d’animer le stand à grands coups d’éclat de voix comme lui seul en a le secret.

La nuit commence à tomber sur le Cours Saleya et, de fait, la température aussi et ce sont à nouveau les amateurs de soupe chaude qui assiègent le stand culinaire et les cocottes bouillonnent à tout va tant la demande se fait grandissante. « On se réchauffe et en plus c’est délicieux, que demander de plus » explique Pierre qui a fait le déplacement de Cannes pour rencontrer les deux Top Chef dont il n’a pas perdu une miette de leur prestation l’hiver dernier.

20 heures ! Un dernier groupe entonne sur la scène les ultimes morceaux de ce beau week-end festif et caritatif et il est l’heure à présent pour les chefs et les étudiants de faire place nette en offrant toutes les denrées restantes (soit plus de 70 kg) au Centre Communal d’Action Sociale de la Ville de Nice et en distribuant les plats cuisinés restants aux sans abris de la vieille ville. L’heure est maintenant venue de passer au décompte et ce seront plus de 800 € qui seront finalement reversés au Téléthon, Norbert Tarayre ayant refusé de se faire rembourser son billet de train retour… Quand on a un grand cœur !

La place est presque vide, il est 21 heures et chacun peut à nouveau reprendre son chemin avec dans la tête de belles images de cette superbe journée et, surtout, avec le plaisir d’avoir apporté un peu de soi pour une cause qui le mérite vraiment.